Le dîner, d'après Cendrillon d'Eric Reinhardt

Souhaitant sans doute accentuer les effets de son intégration dans le grand monde en établissant avec son supérieur des relations de caractère plus personnel – comme si la marque d'estime que celui-ci lui accorderait en acceptant son invitation (et en appréciant à sa juste valeur leur maison d'inspiration californienne située dans un lotissement haut de gamme réservé aux cadres) pouvait parachever ce processus de promotion sociale -, Mr Trockel décide d'inviter son directeur et sa femme, Mr et Mme Francoeur, pour un dîner : nouvelle voiture (504 TI à injection électronique) achetée pour l'occasion, repas somptueux dont la conception émane logiquement de l'encyclopédie en dix volumes acquise à crédit, dressage de table sans « manière » rappelant les grandes heures de la République, tout semble prêt pour honorer sans trop d'emphase sa promotion. Jusqu'à ce que Trockel, au volant de sa voiture, guidant la Jaguar de son patron, ne rate la sortie de l'autoroute…

La presse en parle

" En sortant du génial Dîner, d'après Cendrillon d'Eric Reinhardt, on ne peut pas s'empêcher de fredonner "J'veux pas y aller à ce dîner, j'ai pas le moral je suis fatigué..." de Benabar... Patrice Thibaud et Jean-Michel Guérin (collectif d'acteurs O'Brother Company) mettent en scène un carnage pour la plus grande joie du théâtre. "

Amélie Blaustein - Toute la culture

" Sur scène, Fabien Joubert et Gisèle Torterolo composent ce couple de Français moyens avides de promotion sociale avec un réalisme flamboyant, dans un comique de situations qui n'est pas sans évoquer celui de certaines comédies françaises, seulement les meilleures, où le pire est toujours à venir. Le duo est irrésistible de drôlerie, le plat le plus savoureux de ce dîner fichu restant le texte de Reinhardt que Fabien Joubert décortique, goûte du bout des lèvres, machouille, avale et régurgite avec l'aplomb de celui qui a son rond de serviette à l'auberge de l'absurde. Un spectacle roboratif qui convient à tous les appétits théâtraux. "

Luis Armengol - L'art-vues


Conception & réalisation O'Brother Company
Avec la complicité de Patrice Thibaud et Jean-Michel Guérin
Avec Fabien Joubert et Gisèle Torterolo
Création lumière Thierry Robert
Régie générale Marine Molard et Christian Ravelomaniraka

Informations pratiques

Samedi 9 mars
à 19h

Scène du musée du Louvre-Lens,
rue Paul Bert

  • Tarif : 10€
  • Tarif réduit : 8€
  • Tarif jeune : 5€