Main dans la main avec Pauline Croze...

Il n’y avait rien à faire. Elle parlait et sonnait d’abord la voix singulière. Etait- ce sa tonalité ou son phrasé, la petite musique agissait comme un shoot chaleureux. Les chanteurs se rendent-ils compte, les auteurs font-ils exprès, les compositeurs, quels secrets, Pauline Croze me parlait, elle semblait revenir de loin dans cette brasserie urbaine près de la fenêtre, face au soleil.


« T’es beau » tambourinait à nouveau dans ma tête, éternellement entêtante, quelle année déjà, 2005, c’était ça, une jeune femme venait de débouler et nous balançait ses tourments avec sensualité et sincérité scintillante, mise à nu, la faille était superbe, le succès venait de la foudroyer. 2 albums avaient suivi, Un bruit qui court, Ce prix de l’Eden, et aussi en 2016 cette plongée brésilienne, Bossa Nova, le soleil autorise l’indolence. Février 2018, Pauline Croze sort un nouvel album, forte de quelques éclats. Dans les herbes brûlées je suis tombée les pensées renversées.

Elle chante la Fièvre, elle vous confie ses frémissements : les ruptures, les départs, les impasses et les brûlures. Sa maman perdue Tu es depuis que tu es partie tu es partout. Les effondrements successifs, la boussole devenue folle. Ses yeux ne clignent pas sous les rayons derrière la verrière, au loin tonne le métro aérien. Ce qui ne te tue pas... Pauline Croze est de retour, frémissante comme avant de plonger, Je remets mon attelle. Des mélodies ont surgi, des mains se sont plaquées, des doigts ont frotté, tous ces sentiments qui ne demandaient qu’à perler, tous ces mots qui patientaient dans un coin, tous ces vides à combler, ces abîmes à sublimer. Urgence manifeste comme avant l’album initial, t ’es beau, t’es beau parce que t’es courageux... Le soleil a tourné, Pauline Croze raconte les sessions lumineuses avec Charles Souchon alias Ours et Romain Preuss (Scotch and Sofa) sous le regard complice du réalisateur Marlon B, les pulsions, l’instinct, la réalisation live à la recherche du bon groove en écrin à la guitare et à la voix. Cela avait été tellement compliqué de retrouver la simplicité. Il est temps sous les frimas de découvrir un premier extrait du nouvel album de Pauline Croze Ne rien faire. Il n’y a rien à faire, il risque de vous toucher au coeur. Écoute moi et tout sera comme avant Je te donnerai l’élan. Pauline Croze n’aimerait pas que je vous le dise : elle compte sur votre main dans la sienne.

Informations pratiques

Samedi 26 janvier
à 20h

Théâtre le Colisée,
rue de Paris

  • Tarif : 25€
  • Tarif réduit : 17,50€
  • Tarif jeune : 12,50€

Réservation
au 03 21 28 37 41